SACEL Cameroun : La gratuité de la carte nationale d’identité

Posté par oloumane le 21 juillet 2011

dentification : La CNI informatisée n’est plus fabriquée  car un nouveau spécimen est annoncé, les usagers se contentent des récépissés.Pourtant la gratuité fait courir les camerounais depuis le mois de mai 2011, le Président de la République avait rendu la délivrance de la carte nationale d’identité. Les responsables de la SACEL CAMEROUN en font du bon boulot et un bon assainissement. Pour certains la délivrance est dévenu mobile dans les bureaux d’identifications. Auparavant à la direction Générale au quartier Mvan à Yaoundé, il y avait de longue file d’attente pour la délivrance de la carte d’identité. Les responsables ont pris la situation en main pour la lutte contre la fraude. Certains  personnes rencontrées dans les posts d’identification affirment n’être pas tenues de se faire  inscrire sur les listes electorales après la délivrance de la carte identité . Ce que Mme Bella qui dit être allée solliciter une nouvelle carte d’identité avant même que la validité de l’ancienne se soit allée jusqu’à son terme, juste pour profiter de la gratuité.Les usagers ne désemplissent pas au poste d’identification situé au rez-de-chaussée de la bâtisse abritant la direction de la police judiciaire à Yaoundé. Dans un brouhaha de marché, certains se font prendre la toise, d’autres les empreintes, l’objectif, au bout de la chaîne, étant de se faire délivrer un récépissé, pièce d’identité cartonnée provisoire valable jusqu’à l’obtention de la carte nationale d’identité informatisée.
Mais ce que certains des usagers qui se bousculent dans ce poste d’identification comme dans beaucoup d’autres disséminés sur l’ensemble du territoire national ignorent, le gouvernement n’ayant pas spécialement communiqué là-dessus, c’est que la fabrication de la carte nationale d’identité informatisée (Cni) est suspendue depuis fin avril début mai 2007, selon des sources policières dignes de foi.
Bientôt douze semaines donc, que les machines de fabrication installées au sous-sol de la Pj ont cessé de tourner. Depuis lors, confient nos sources, les dossiers qui y sont acheminés sont stockés. Même les cartes  » express  » fabriquées dans la procédure d’urgence, pour les Vip notamment et très souvent monnayées sont concernées par la mesure. La suspension de la fabrication de la Cni informatisée est confirmée à la cellule de communication de la délégation générale à la sûreté (Dgsn), cette structure qui assure la tutelle sur le projet de sécurisation de la nationalité camerounaise qui vise à maîtriser l’identité de tous les Camerounais ayant atteint la majorité et surtout, à sécuriser la nationalité que chaque premier venu est tenté de s’offrir sans toujours remplir les conditions. Mais cette course vers la carte nationale d’identité ne s’accompagne pas encore d’une ruée vers les bureaux d’Elections Cameroon (ELECAM), l’oragne chargé des inscriptions sur les listes électorales. certains bureau d’Elecam restent vides pendant de longue heures sans l’ombre d’un électeur qui sollicte une inscription. Pourtant les embouteillages qui se forment devant les lieux de délivrance de la carte d’identité, dès les premières heures rendent désormais difficile la délivrance de ce précieux sésame. Il faut s’armer de patience.

 » la fabrication des passeports et des cartes nationales d’identité a une limite dans le temps, au terme de laquelle, il faut relancer le processus. Mais avant, il faut un texte officiel qui est en ce moment attendu « . Mais pour plus de détails, le reporter est invité à se rapprocher de la Sacel, entreprise partie prenante dans le processus de fabrication de la carte nationale d’identité informatisée et dont le siège est situé au quartier Mvan à Yaoundé. Ici, motus et bouche cousue. De source officielle, on n’en saura donc pas davantage sur les raisons de la suspension de la fabrication de la Cni.
Pour leur part, des sources officieuses indiquent qu’un nouveau modèle serait en préparation,  » semblable à une carte bancaire et serait calqué sur le modèle des Cni informatisées en vigueur au Tchad et en Côte d’Ivoire « . Il s’agirait en fait d’un modèle miniaturisé par rapport au précédent.
Le spécimen serait d’ailleurs déjà validé et c’est désormais un texte (législatif ou réglementaire ?) qui devrait relancer la machine de fabrication.
En attendant, certains usagers ne cachent pas les désagréments qu’ils subissent à cause de cette rupture. A ce propos, N. M. déplore le voyage manqué faute d’avoir présenté sa Cni informatisée afin d’obtenir un visa. Plus grave, souligne-t-il, il s’est fait extorquer la somme de 30.000 Fcfa pour une carte  » express  » qu’il n’a jamais vue. Si la distribution des Cni informatisées, fabriquées avant la suspension se poursuit dans les commissariats, d’aucuns s’interrogent déjà sur la nécessité de changer l’ancienne formule et redoutent même un éventuel renchérissement de son coût d’établissement pour les Camerounais.

Laisser un commentaire

 

cadresboc |
azert12345 |
nouvelles d'abidjan |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Des risions...risibles...li...
| Journaliste en herbe ...
| IMMOBILIER-MONTEREAU